Suggestions de lecture

Les débuts de l’histoire : Civilisations et cultures du Proche-Orient ancien,
sous la direction de P. Bordreuil, F. Briquel-Chatonnet et C. Michel, Paris, éditions Kheops, 2014 – 
Nouvelle édition revue et augmentée, 518 p., 15 x 20,5 cm 
ISBN : 2-916142-05-3 

CouvDH2014

Les plus anciens signes d’écriture datent d’il y a plus de cinq mille ans et ont été découverts à Uruk, dans le sud de l’Irak. Cette étape marque l’entrée dans l’Histoire. Grâce à ce nouveau moyen de communication, apparu à la même époque que les grandes cités-États de Mésopotamie, les hommes ont pu se projeter dans le temps comme dans l’espace, enregistrer leurs biens, faire des contrats, ou encore graver des codes de lois.
Au fil des siècles, des scribes ont pu aussi consigner les hauts faits de leurs souverains, transmettre les savoirs et les mythes qu’ils tenaient des générations précédentes. En trois millénaires ont ainsi été élaborés, du Levant à l’Iran, des techniques, des institutions, des modes de pensée dont nous avons largement hérité.
Des premiers alphabets aux premières bibliothèques, de la comptabilité aux mathématiques en passant par la médecine, des premières cosmogonies au monothéisme, cette histoire du Proche-Orient ancien montre comment des populations d’origine différente ont pensé le monde et réalisé d’innombrables objets, monuments et œuvres d’art qui ont traversé les siècles.
Une quarantaine de spécialistes ont participé à cet ouvrage, sous la direction de Pierre Bordreuil,Françoise Briquel-Chatonnet (auteurs, entre autres, du Temps de la Bible, Paris, 2000) et Cécile Michel (co-éditrice du Dictionnaire de la civilisation mésopotamienne, Paris, 2001 et des Histoires de déchiffrements. Les écritures du Proche-Orient à l’Égée, Paris, 2009).


L’Invention de Dieu
Thomas Römer, Les Livres du nouveau monde, 2014, 352 pages, 23 €.

Si le judaïsme et, à sa suite, le christianisme et l’islam proclament l’unicité d’un dieu régnant seul de toute éternité sur le ciel et la terre, la Bible hébraïque elle-même témoigne, pour qui la lit attentivement, de ses racines polythéistes. De fait, le « dieu d’Abraham » auquel se réfèrent, chacune à sa manière, les trois religions du Livre n’a pas été unique depuis toujours.
Comment un dieu parmi les autres est-il devenu Dieu ? Telle est l’énigme fondatrice que cette plongée aux sources du monothéisme se propose d’élucider en parcourant, sur un millénaire, les étapes de son invention. D’où vient ce dieu et par quel biais s’est-il révélé à « Israël » ? Quels étaient ses attributs et quel était son nom avant que celui-ci ne devienne imprononçable ? Quand accéda-t-il au statut de dieu tutélaire des royaumes d’Israël et de Juda ? Sous quelles formes était-il vénéré et représenté ? Pourquoi les autres divinités au côté desquelles il trônait déchurent-elles ? Au terme de quel processus et en réaction à quels événements le culte exclusif qui lui a progressivement été rendu s’est-il imposé ?
À la lumière de la critique historique, philologique et exégétique et des plus récentes découvertes de l’archéologie et de l’épigraphie, Thomas Römer livre les réponses d’une enquête rigoureuse et passionnante sur les traces d’une divinité de l’orage et de la guerre érigée, après sa « victoire » sur ses rivaux, en dieu unique, universel et transcendant.

_____________________________________________________

Jésus : approche historique

José Antonio Pagola, traduit de l’espagnol par Gérard Grenet, Cerf, collection Lire la Bible, 2012, 543 p., 39 euros.

Jésus<br /><br /><br /><br /><br /><br />
                : approche historique

Jésus nous est ici présenté comme un « poète de la compassion » qui annonce avant tout un Dieu qui aime la vie. Mais que sait-on de ses origines à Nazareth ? Quel était le coeur du message de Jésus ? Un ouvrage passionnant et de conviction qui fera date.

________________________________________________________

Cités invisibles. La naissance de l’urbanisme au Proche-Orient : approche archéologique

Jean-Claude Margueron, Paris, Geuthner, 2013, 642 p., 88 euros.

Une synthèse des traits caractériques de l’urbanisme mésopotamien à partir notamment des résultats observés sur les cinq sites sur lesquels l’auteur a mené des fouilles : Mari, Larsa, Ugarit, Emar et Faq’ous. L’auteur décrit les composantes et les différents aspects de cet urbanisme : aménagement du territoire, approvisionnement en eau, fonctions de la ville, hygiène, voirie…
http://www.geuthner.com/recherche/cités%20invisibles/

Photo : Un ouvrage exceptionnel<br /><br /><br /><br />
Jean Margueron, Cités invisibles. La naissance de l'urbanisme au Proche-Orient, Paris, Geuthner, 2013.<br /><br /><br /><br />
http://www.geuthner.com/recherche/cités%20invisibles/